les différentes écoles d’échecs

By | 25 septembre 2017

Coucou, c’est fafache

Donc nous allons voir cette fois ci, les différents styles de jeux,

les différentes écoles d’échec

enfin ce qui définit les différentes manières de jouer.

Donc, comme vous le savez sûrement les échecs sont très anciens. C’est apparu il y a longtemps et les règles modernes actuelles où on ne peut pas par exemple développer deux pions ou des trucs comme ça en même temps.

Les règles actuelles datent au minimum de la renaissance. Donc ça fait très longtemps qu’on joue avec les mêmes règles et donc que ça fait très longtemps qu’il y a des cerveaux, qui sont dignes de ce nom, je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils n’ont que ça à faire, mais qui peuvent consacrer une grande partie de leur temps aux échecs. Ce travail sur les échecs justement.

l’école romantique

Donc soit parce qu’ils ont le temps, c’était des marins, des aventuriers des trucs comme ça, des officiers, soit parce que c’était un symbole d’intelligence. Pour tout ce qui était armée justement c’est un symbole d’intelligence et généralement ce sont les nobles qui s’en occupaient puisque c’est très occidental comme jeu.

Donc dans un premier temps les échecs servaient non pas à gagner mais à faire de très belles parties, donc le but du jeu c’était de mater le Roi adverse. Et c’était le seul but du jeu.

C’est-à-dire qu’au début les parties étaient trucidage à gogo. Le but c’était développer ces pièces vite et attaquer le Roi. C’est ce qu’on a longtemps appelé la période romantique. Donc à partir de là, on attaquait, on attaquait, c’était de la tactique, de la tactique et le but c’était de choper le Roi adverse et inversement. Et cette période, ce style de jeu, est resté jusqu’à la fin du 19ème siècle.

En effet à la fin du 19ème siècle, déjà le jeu s’est popularisé. C’est-à-dire qu’il y avait plus en plus de gens qui n’étaient pas des nobles qui ont commencé à y jouer parce qu’il y avait le temps etc. Et donc le but a commencé à devenir, parce que les gens ont commencé à se mesurer, donc le but a commencé à devenir de gagner. Parce qu’il commençait à y avoir des championnats, un championnat du monde, un champion du monde. Et un champion du monde ce n’est pas celui qui a fait la plus belle partie parce que ça c’est encore, c’est subjectif. C’est un jugement.

Est-ce que cette partie est plus belle qu’une autre, voilà. Par contre, les victoires ça comptaient, c’est mathématique. Tu as gagné, un point. Match nul, un demi-point. Tu as perdu, zéro. C’est mathématique, il n’y a pas de « oui mais moi je préfère celle là », ce n’est pas subjectif quoi !

l’école classique

Donc, est apparu l’ère de l’école classique. Alors le but de l’école classique, ce n’est plus d’attaquer le Roi à tout prix, si on peut le prendre on le prend bien entendu, mais de construire un jeu et de se concentrer sur des objectifs secondaires.

Donc toujours dans le but d’attaquer le Roi mais par exemple en affaiblissant d’abord l’autre aile, comme ça .Plutôt que d’attaquer deux fronts depuis le centre et d’une aile, le Roi qui s’était éventuellement mis côté Roi, et bien on attaquait plutôt à l’aile Dame, on dézinguait l’aile Dame et à partir de là on allait choper le Roi par derrière. Donc, c’était en deux temps, on construit un jeu, on prend un avantage et ensuite on attaque le Roi avec ce qui reste.

Donc cette époque là elle s’est développée, donc le jeu a fortement évolué. Les finales sont arrivées dans le jeu d’échec. On a commencé à finir les parties avec un pion, deux pions, des trucs comme ça.

Avant c’était le plus rapide .On développe les pièces, une partie qui durait trente coups c’était le bout du monde. Mais pour chaque coup ils avaient réfléchi longtemps, ils avaient cherché le pourquoi du comment, si je fais ci, si je fais ça et cetera c’est de la tactique pure. Tandis que dans le jeu classique a commencé à apparaître la stratégie, les structures de pions.

Voilà, construire un jeu et d’autres choses sont arrivées comme les techniques de défense. Le but n’était plus de prendre le Roi de l’adversaire avant qu’on ait pris son propre Roi, mais plutôt de défendre son propre Roi, construire son jeu et dézinguer le jeu de l’adversaire et ensuite prendre le Roi adverse.

Et cette période classique, où on construisait le jeu, s’est achevée vers le début du 20ème siècle où là les joueurs sont arrivés au bout de ce qu’ils connaissaient. Donc toutes les techniques qui consistent par exemple au développement, sortir les pièces une seule fois etc., conquérir le centre, conquérir une aile etc, ça c’est arrivé avec le jeu classique.

l’école moderne

ensuite sont arrivés les grands champions du début du 20ème siècle et ils ont dit « bien, on est arrivé au bout, il va falloir inventer quelque chose de nouveau » et il y a des joueurs comme c’est Reti et Nimzowitsch. Ils ont commencé à sortir des théories qui étaient assez particulières. Par exemple un pion isolé central est une force. Alors, comment on fait pour bloquer un pion central ? Comment on fait ? Et tout un tas de techniques qui dont le but n’était plus de construire un jeu pour augmenter le potentiel d’attaque mais plutôt d’empêcher le jeu de l’adversaire. Et alors ça c’est le principe du jeu moderne qui consiste à empêcher le jeu adverse et donc à force de contraindre l’adversaire à ne pas jouer telle ou telle chose, à force de lui enlever tous les bons choix, il ne reste plus que des mauvais choix.

des exemples des différentes écoles

un Gambit Roi

 

un Gambit Dame (classique)

une Défense Alekhine

Je vais faire un prochain cours à l’occasion pour classifier les différentes ouvertures et vous aider à en choisir une première.

Fafache

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *