la surcharge et la déviation

By | 7 octobre 2017

Coucou c’est Fafache

Nous allons voir cette fois-ci:

la surcharge et la déviation

qui sont un peu les mêmes principes mais le procédé est différent. Alors on va commencer par la surcharge avec cet exemple.

diagramme d'échecs avec un exemple de surcharge

Ici on peut voir que la Dame noire protège la Tour, le Pion et l’autre Tour. Très bien, mais le problème c’est que si par un hasard sans précédent on arrive à prendre une de ces pièces, quand la Dame reprend, les autres pièces ne sont plus protégées. On va voir tout de suite un exemple.

Si on prend la Tour, alors si on ne fait rien, le Roi est mat donc on est obligé de faire quelque chose soit on met la Dame devant et après la Tour on va la prendre, on échange une Dame contre une Tour. Après avoir pris une autre Tour on perd une Dame littéralement, soit on reprend la Tour. C’est le coup le plus logique mais en se déplaçant de là à là, la protection de cette Tour n’est plus effective. Cette Tour n’est plus protégée. Cette Tour est dite en l’air et le problème c’est que cette Tour non contente d’être en l’air en plus est attaquée. Dans ce cas, forcément la Dame peut prendre la Tour. Donc nous avons échangé. On revient. Là on était à une position équilibrée, deux Pions deux Pions, une Dame une Dame, deux Tours deux Tours. On a pris une Tour, on a fait un échange de Tour et là on a pris une Tour et on n’a pas été repris donc nous avons gagné une Tour. Voici le principe de la surcharge.

diagramme d'échecs avec une autre exemple de surcharge

Alors on va voir d’autres exemples là tout de suite. Dans cette position qu’est-ce qu’on remarque ? On remarque que si la Tour blanche, alors déjà c’est au noir de jouer. On remarque que si la Tour blanche arrive là (en a1), protégée par la Dame, cette Dame saute. Heureusement cette case est protégée par le Fou. Ça tient, donc on ne peut pas échanger se Fou.

Non content de cela ce Cavalier (en d2) qui protège cette Tour est cloué. Si il part, le Roi est en échec donc c’est un coup impossible. Donc la seule pièce qui protège cette Tour c’est la Dame et ce qu’on remarque aussi c’est que la Dame protège ce Fou. Ce Fou est menacé par le Cavalier donc le Cavalier ne peut pas reprendre le Fou. La seule pièce qui protège cette Tour et ce Fou c’est la Dame. Ce Cavalier est cloué.

Alors si on prend le Cavalier en d2 avec le Fou en disant « je fais ça et ensuite je peux le prendre », il y a l’autre Cavalier qui peut le reprendre donc ce n’est pas la solution. Ce qu’il faut, c’est dégager la Dame. On prend le Fou tout simplement et si les blancs ont le malheur de prendre, il y a un échec. Donc si les blancs ont le malheur de prendre le Cavalier, il y a la Dame qui vient là en mettant un échec et après ça peut poser des problèmes. Donc on aura échangé un Fou contre une Tour et puis là on a récupéré un Fou. C’est un choix.

Soit on perd la qualité comme ceci soit on estime qu’on a perdu le Fou et maintenant il va y avoir des surprises. En échange on a un avantage matériel donc on échange et là il n’y a plus qu’à sortir la Dame, comme ça si la Tour vient, on a juste à bouger la Dame et tout va bien. Donc on a récupéré une pièce littéralement et on a échangé les pièces. Voilà pour une surcharge.

Alors pour ce qui est de la déviation, tout à l’heure on a vu que quand une pièce protège plusieurs pièces, il suffit de prendre une des pièces protégées pour que la protection des autres pièces soit éliminée. Donc c’est une surcharge. On fait sauter le protecteur et toutes les autres pièces sont potentiellement en prises.

diagramme d'échecs avec un exemple de déviation

Le principe de la déviation est à peu près le même. C’est-à-dire que nous avons une pièce qui protège une autre pièce et on va faire bouger le protecteur. Dans ce cas là, on va mettre une Tour là et on voit que cette Tour est obligée de prendre cette Tour mais cette Tour avait une fonction bien spéciale. Elle protégeait cette Dame. En effet, s’il y a un échange de Dame, la Tour reprend et tout va bien. Là elle est obligée de reprendre la Tour et cette pièce est en l’air et en prise. A ce moment là et uniquement à ce moment là, on peut reprendre la Dame.

Donc nous avons échangé une Tour contre une Dame. Voilà ça c’est le principe de la déviation. On va voir un autre exemple histoire de…

diagramme d'échecs avec un autre exemple de déviation

Voici un autre exemple de déviation, qu’est-ce qu’on peut voir ? On peut voir que les Dames sont potentiellement en mesure de s’échanger et que la seule pièce qui protège cette Dame c’est le Roi. Dans ce cas là, la seule pièce qui protège cette Dame c’est la Tour. La Tour peut naturellement continuer à protéger le Fou donc si la Tour prend le Fou, la Dame prend la Tour et puis ce n’est pas un bon calcul.

Là, la Dame sa fonction c’est de protéger le Cavalier donc si on échange la Dame est-ce qu’on peut prendre là ? Non, parce qu’il y a la tour. Alors ce qu’on va faire, c’est qu’on va dévier le Roi. Le bouger et dans ce cas là le Roi si il va là on prend la Dame, comme indiqué et si il prend la Tour on peut aisément prendre la Dame.

Nous avons déjà échangé une Tour contre une Dame et dans la foulée il y a le Cavalier qui va sauter. Donc là, le Roi bouge et donc on prend le Cavalier si la Tour reprend, merveille des merveilles, on récupère la Tour. Et là il y a le Pion qui va encore avoir des petits problèmes. Sans compter qu’il y a toujours une menace de mat. Donc il faut faire quelque chose, il faut s’occuper de ça et puis derrière on prend le Pion, il y a des possibilités !

Donc voilà une autre déviation. Avec la surcharge et la déviation, c’est comme avec n’importe quel outil tactique, l’important c’est l’entraînement. Il va falloir s’entraîner dès que vous trouvez un puzzle ou un problème à résoudre, allez- y, il faut s’entraîner et ça ne vient qu’avec la pratique donc entraînez-vous, il n’y a que comme ça que ça rentre.

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *